Nosy Faly, Madagascar.

A quelques kilomètres de Nosy Be, Nosy Faly est un prolongement de la Grande Terre de Madagascar et de la péninsule d’Ampasindava. Trois villages se répartissent sur la côte, et la vie s’y déroule au rythme du départ et du retour des pêcheurs.

Mafate et Salazie, Roche Ecrite, La Réunion.

Quelques images de Mafate et Salazie, vus du somment de la Roche Ecrite. Vue imprenable et froidure garantis.

 

Parc National de Bras d’eau, Ile Maurice.

Récemment ouvert en 2011, le Parc National de Bras-d’eau est un des trop rares espaces préservés de l’Ile Maurice librement accessible.

Situé en zone humide, et largement couvert de forêt, le parc abrite les vestiges d’une ancienne usine sucrière, mais surtout de nombreuses espèces animales et végétales endémiques.

 

 

 

En boutre autour des Radamas, Madagascar, 2ème partie.

En boutre autour des Radamas, 2ème partie.

 

 

En boutre autour des Radamas, Madagascar,1ère partie.

En boutre autour des Radamas, 1ère partie.

[

Komazara, les baobabs de la baie de Narindri, Madagascar.

Langue de terre entre les eaux de la baie de Narindri et celles du canal du Mozambique. On viens ici presque exclusivement en pirogue ou en boutre. Les catamarans préfèrent la baie de Moramba, souvent imprimée sur les catalogues de papier glacé des guides touristiques. Ici, il n’y a que quelques cases de pêcheurs, quelques lacs qui s’éparpillent entre les tanettes, ces fameuses collines malgaches, recouvertes d’herbes folles. Juste quelques vols de canards à bosse et d’oies sauvages, qui disputent aux échassiers et aux aigles pêcheurs l ‘animation d’un ciel à peine voilé. Et juste cette côte sauvage, où l’on passe en quelques minutes de marche de la mangrove boueuse aux lames de rasoir des tsingys, des racines aériennes des palétuviers aux troncs spongieux des baobabs, gardiens majestueux d’un havre de paix, où l’équilibre, bien que précaire, entre les hommes et la nature, semble encore préservé.

 

 

Bealanana, Madagascar.

Bealanana, Madagascar.

Bealanana. Village tranquille au Nord de Madagascar. Situé à 120 km d’Antsohihy , on y accède par une route qui joue les montagnes russes jusqu’à Antsahabe, puis qui s élève franchement pour accéder au plateau en franchissant un col à 1250m d’altitude. Il m’aura fallu plus de 12h de vtt pour couvrir le parcours, non sans avoir fait quelques poses pour un romazave ou un ranapanga salvateur.

La région de Bealanana est constélée de lacs et de mares, permettant la culture intensive du riz, même si la période ou j’y suis allé n’était pas très favorable à cause d’une saison des pluies qui se faisait attendre.

Comme partout à Madagascar, l’accueil est chaleureux bien que la région ne voit pas très souvent passer de vazahas, et encore moins de vazaha en vélo! Assurément une des plus belle région que j’ai visité à Mada, les rizières vert fluo étant entourées de nombreuses collines et montagnes. Le plus haut sommet du pays, Maromokotra, est d’ailleurs tout proche. Je n’ai pas eut le temps d’y aller, l’aller retour nécessitant une bonne semaine.
Ha zut! ça va m’obliger à y revenir.

 

Les tsingys de Bemaraha, Madagascar.

Les tsingys de Bemaraha, Madagascar.

 

 

Les Baobabs de Morondava, Madagascar.

Les Baobabs de Morondava, Madagascar.

 

Le parc national d’ Ankarafantsika, Madagascar.

Le parc national d’Ankarafantsika, Madagascar.

 

Le parc national d’Ankarana, Madagascar.

 

Forêt de Bélouve et Trou de fer, La Réunion.

Balade dans la forêt de Bélouve et au dessus du Trou de Fer, La Réunion.